Serveur Minecraft orienté sur le RP post-apocalyptique
 
AccueilGalerieCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Herman Miller

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
hiruma



Messages : 6
Date d'inscription : 01/07/2017

MessageSujet: Herman Miller   Ven 7 Juil - 11:04

I/ Partie Hors Rôleplay.

-> Prénom : Jordan

-> Âge : 23 ans

-> Depuis combien de temps fais-tu du Rôleplay ? Rôliste depuis 5 ans

-> Qu’attend-tu de ton expérience sur DefconZ pour cette beta test ?

De la survie / Du fun / De la maturité

-> Que pourrais-tu apporter à la communauté et au staff ?

Mon expérience comme apprenti survivaliste / Un Rp développé / Des retours


-> Es-tu intéressé dans le thème qui est abordé sur le serveur ?

Oui c’est l’un de mes thèmes de prédilection, cependant j’ai peur que ce ne soit pas le meilleur support (Project Zomboïd semble plus adapté).

-> Comment as-tu découvert notre beta test ?

Une de mes anciennes connaissances m’a contacté et m’a parlé de ce projet.

-> Tes centres d’intérêts, hobbies, particularité à savoir (dyslexie ou autres), tes talents…

Je m’intéresse à beaucoup de choses, les sciences, les mangas, les jeux, JDR, le cinéma, les zombies, etc.
Je serais d’ailleurs à la Japan expo le 06/07/2017 au stand esprit ludique avec un maillot Eyeshield 21 pour ceux qui voudrait me rencontrer.
Je suis dyslexie, mais je fais des efforts, par hasard si un dyslexique venait à lire cette candidature, je lui conseillerais fortement le site scribens pour corriger ses fautes (ou antidote, mais nécessite une installation)

-> Et une partie qui t’appartient où tu peux t’exprimer librement. Une citation que tu affectionnes, des paroles d’une chanson que tu aimes …

Je tiens juste à préciser, j’ai pas mal de taff et d’occupation dans la vie « irl » donc je ne serais pas très présent le weekend. Je cherche une expérience de survie / Rp avec des gens mature sans prise de tête.
Je n’ai pas peur de mourir en Rp si cela est justifié, sans préavis, sans avertissement, inversement, je ferais ce qui doit être fait en Rp n’y prenez jamais pour quelque chose de personnel ou Hrp.
Pour une raison d’immersion et de Rp, je ne lirais pas vos fiches de personnage, j’attends là même chose de votre côté.

II- Compétences spéciales

-> Force : 12

->Perception : 11

->Endurance : 13

->Charisme : 4

->Intelligence : 8

-> Agilité : 13

-> Chance : 9

III/ Partie Rôleplay

A-Fiche d’identité

-> Nom : Miller

-> Prénom : Herman

-> Âge :
35 ans

->Métier ou étude : Artisan menuisier

-> Nationalité : Américaine

B-Présentation morale et physique


-> Morale

Herman est habituellement un homme réfléchi et patient. De part son expérience, il accorde rarement sa confiance et préfère rester à l’écart des ennuis. Il sait qu’il aura besoin des autres pour survivre et rebâtir un semblant de civilisation. Bien qu’il ait pensé plusieurs fois au suicide, un fort instinct de survie l’habite qui le pousse à continuer, quitte à faire ce qui doit être fait. De manière générale, c’est un homme usé, fatigué, pessimiste et prudent prêt à tout pour survivre.

-> Physique

Herman est de taille moyenne, les cheveux bruns courts et gras, les yeux creusés par la fatigue, une barbe mal rasée et hirsute. De taille moyenne, il a les doigts usés par le temps. De part son métier il à une carrure assez imposante. Il porte ses vêtements de travail. Des chaussures de sécurité poussiéreuses. Il porte à sa ceinture une petite sacoche avec deux trois outils.
.
C-Background


Issue d’un père technicien de surface et d’une mère caissière, j’ai grandi dans les bas quartiers de Denver, malgré la misère, j’ai eux une enfance heureuse, pas très studieuse, je me suis dirigé vers une carrière dans le bâtiment, avant de ce spécialisé dans la menuiserie. J’ai rencontré ma femme Caroline lors du mariage d’un de mes amis, ce fut le coup de foudre et nous sommes mariés dans l’année. Bien sûr tout n’était pas rose dans notre couple, nous avons vécu de nombreux coups durs, mais aussi beaucoup de bonheur. Alors âgés de 26 ans, nous avons décidé qu’il était temps d’avoir un enfant, avec de nombreux problèmes de fausse-couche. Finalement, Caroline accoucha d’un merveilleux bébé, les médecins nous informant que suite à l’opération Caroline ne pourrait plus avoir d’enfant. Nous avons choisi de nommer notre fils Vincent, celui qui triomphe.
Les années ont passé et Vincent était a présent à la crèche, nous nous étions endettés sur 30 ans afin d’obtenir notre maison. Tout ce passé pour le mieux, jusqu'à ce que l’épidémie ne vienne tout changer. On n’a pas été surpris, on s’y attendait, ça faisait déjà plusieurs semaines que les informations ne parlaient que de ça, « Des cas de cannibalismes » « la fin du monde » « Une épidémie sans précédent à l’échelle de l’humanité ». Comme on s’y attendrait, tout le monde, c’est rué sur les centres commerciaux, Caroline très réactive a vite réagi à la situation et avait fait des provisions peu de temps avant la panique générale. Elle avait fait suffisamment de réserves pour tenir plusieurs mois, couche, biberon, lingette désinfectantes, boîtes de conserve et surtout de l’eau en grande quantité. Comme la situation se dégrader, nous avons fait comme tout le monde, attendre…
Rapidement, le gouvernement a donné l’ordre d’évacuer, on aurait pu attendre que l’orage passe caché chez nous, mais nous avons préférée fuir vers l’est… Passant par les routes de compagne, nous relayant nuit et jours pour conduire. Il n’était pas rare de voire des voitures abandonnées sur le bord de la route. Tous on tentés de fuir vers l’est en désespoir de cause, les stations essence étaient prises d’assaut. Nous avons roulé encore et encore sans jamais nous arrêter. Pour nous, pas question de nous arrêter, ma famille passée avant tout autres choses, nous n’avions alors que peux de vivre et encore moins d’essence. Malgré toutes les personnes que je laissé derrière moi, je ne me sentais pas coupable, car je savais au fond de moi que je faisais ce qui était nécessaire pour moi et les miens.
Une fois arrivé à Santa Cruz, nous avons du abandonné la voiture et continué à pied, notre seul objectif rejoindre la côte pour l’évacuation. Par courant, la ville bondée d’un pas pressé, se tenant par la main pour ne pas se perdre, rejoignant la foule des survivants faisant la queue pour embarquer. Tous les cargos avaient était réservés, certains bateaux se rendaient en Australie d’autre au Japon, nous pour notre part, c’était Hawaï. Après de longues heures d’attente, nous avons finalement réussi à embarquer à bord du porte-conteneurs l’APL Rochambeau un énorme transporteur de 162 mètres de long. À peine embarquée, qu'ils ont commencés à ouvrir le feu sur les infectés créant un mouvement de panique monstre, forçant l’armée à ordonnée le départ.

Pour une raison de « sécurité » Nous avons été enfermés dans l’un des conteneurs, le conteneur 14, parqués comme des porcs, collés les uns aux autres. Nous nous sommes organisés avec les différents rescapés de notre conteneur. Nous étions dans le noir total, nous dormions à même le sol, la nuit était glacial et la journée étouffante. Malgré cela, ce fut un moment de grande solidarité, faisant connaissance les uns les autres, nous distribuant quelques vivres. Par chance aucun de nous n’était infecté, tous n’avaient pas eux cette chance… On entendait des personnes enfermées dans les conteneurs voisins hurlants, suppliant de venir les aider, de les libérer. Puis petit à petit les cries, laissé place aux gémissements et les gémissements aux lamentations des infectés. Plus tard, on apprit qu’ils avaient était jeté à la mer. Après cinq jours enfermés avec notre propre défection, les membres de l’armée, on décidait qu’il ne courrait plus aucun risque. Ils ont alors ouvert les portes du conteneur la lumière du jour nous aveuglant de sa clarté. Après deux semaines sur les eaux, nous avons finalement atteint Hawaï.

Débarquant sur l’île, nous fûmes entassés dans des camps de réfugiés, je me suis rapidement rendu utile, mes talents d’artisanats étaient très demandés, au vu de la situation, tout était à faire.

Petit à petit, tout revient à la normal, la vie reprenais son court, chacun travaillant d’arrache pied afin de nous reconstruire un avenir meilleur. Nous organisions fréquemment des repas avec les autres survivants du conteneur 14. Tout allait pour le mieux, nous pensions être enfin à l’abri, mais cela n’était que le début de nos ennuis.

C’était une journée comme les autres, j’étais rentré du travail fatigué, mais heureux de retrouver ma famille. Comme à mon habitude, je crié un « J’suis rentré ! » , mais aucune réponse se fit entendre, seul léger bruit se faisait entendre dans la cuisine. Curieux, je suis allé voir ce qui se passer et je découvris une scène d’une horreur insupportable, là, au milieu de la cuisine se tenait ma femme, baignant dans une mare de sang, un homme à genou au-dessus d’elle, les vêtements ensanglantés, un bout d’intestin entre les dents. Submergé par la colère, je me suis précipité sur lui attrapant la première chose me passant sous la main, une poêle. Je ne sais pas combien de temps je l’ai frappé, mais le bruit du martèlement sourd de la poêle sur son crâne, raisonne encore dans ma tête. Une fois la colère passée, je pris ma femme dans mes bras me lamentant et pleurant à chaude larme. C’est quand l’alarme retenti que je compris ce qui se dérouler, je me suis alors précipité un couteau à la main à la recherche de mon fils, Vincent. Là encore, j’étais arrivé trop tard, je l’ai retrouvé sanglotant sous son lit, mordu profondément au niveau du bras. Ma vie venait de s’écrouler, je pris alors là des décisions la plus dure de ma vie et tout en serrant dans mes bras mon fils, je lui ai planté profondément le couteau dans la nuque. Les mains tremblantes, mon esprit embrumé, je me mis à courir, courir vers le point d’évacuation, je ne courrais pas pour sauver ma vie, mais pour fuir, ses lieux.
A présent me voilà, assis dans un avion entassé avec les autres survivants, mais pourtant, je me sens si seul…


Dernière édition par hiruma le Mar 18 Juil - 9:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
NekoAsh4499
Admin
avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 11/04/2017

Feuille du Survivant
Nom:
Profession:
Alignement:

MessageSujet: Re: Herman Miller   Sam 8 Juil - 13:45

Voici ton second avis positif. Bienvenue parmi nous.

(p-s: Project Zomboïd est une base excellente, pour l'avoir exploitée à plusieurs reprises.)

________________________________________________________________________________________________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://defconz.forumactif.com
 
Herman Miller
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 1- Marissa Miller VS Maryse Ouellet
» 05. Petit échauffement | Edena P. Miller
» Al Sharpton's critic of Herman Cain.
» Edena P. Miller - If Cenderilla was modern, I will be her!
» Mac miller Sign

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DefconZ :: Hors Rôleplay :: Candidatures acceptées-
Sauter vers: